Nouvelles

Quelques preuves: les dommages de vaccination reconnus par la Cour européenne de justice pour la première fois


CJUE: des preuves claires sont suffisantes pour les dommages causés par les vaccins
Luxembourg (jur). La responsabilité du fait des produits pour les médicaments ne se limite pas aux cas où il existe des preuves médicales claires de dommages consécutifs à la santé. «S'il n'y a pas de consensus scientifique», «des preuves claires et cohérentes» peuvent suffire, notamment l'accumulation de dommages après une vaccination, a jugé ce mercredi 21 juin 2017, la Cour européenne de justice (CJCE) à Luxembourg (réf.: C-62 / 15).

Le verdict était particulièrement attendu par les fabricants de médicaments à travers l'UE. En ce qui concerne les vaccins, cependant, ils ne peuvent être transférés en Allemagne que dans une mesure limitée, car il existe une responsabilité régie par le droit social pour toutes les vaccinations recommandées publiquement.

Un patient en France avait intenté une action ici. En 1998 et 1999, il a reçu un total de trois vaccinations contre l'hépatite B. Les symptômes sont apparus peu de temps après la dernière vaccination; il s’agit d’une sclérose en plaques. La santé de l'homme s'est détériorée rapidement, il est décédé en 2011.

Les membres de la famille ont poursuivi le procès contre le fabricant de vaccins, Sanofi Pasteur MSD. Ils affirment que la sclérose en plaques a été causée par le vaccin. Les tribunaux français ont dans un premier temps rejeté la plainte. Il n'y a aucune preuve scientifique d'un lien entre la vaccination et la maladie.

Devant la Cour de cassation de Paris, des proches ont affirmé que, selon la loi française, la vaccination peut être présumée être la cause du dommage s'il existe un lien temporel étroit et qu'il n'y a pas d'antécédents familiaux. Le défunt lui-même était en parfaite santé avant la vaccination.

La Cour de cassation a soumis le litige à la CJUE.

Il a maintenant confirmé que les défauts du produit "peuvent être prouvés en l'absence de consensus scientifique par un ensemble de preuves sérieuses, claires et cohérentes". La règle de preuve française est donc recevable en principe.

Selon l'arrêt luxembourgeois, de telles preuves conduisent à un renversement de la charge de la preuve. Cela signifie que les preuves sont initialement suffisantes pour la partie lésée. Cependant, le fabricant a toujours la possibilité de prouver que le vaccin n'était pas la cause de la maladie secondaire.

À titre de justification, la CJCE a évoqué l'objectif du droit de l'UE sur la responsabilité du fait des produits "une répartition équitable des risques associés à la production technique moderne entre la partie lésée et le fabricant". Si seules des "preuves fiables fondées sur la recherche médicale" étaient autorisées pour les médicaments, cet objectif serait compromis et "la revendication de la responsabilité du fabricant serait excessivement difficile", voire totalement exclue.

Cependant, la CJUE a souligné que les éléments de preuve présentés doivent être "suffisamment sérieux, clairs et cohérents" pour que "l'existence d'un défaut du produit, compte tenu des éléments de preuve et des arguments avancés par le fabricant dans sa défense, soit l'explication la plus plausible de la survenance du Des dommages apparaissent ».

Dans le cas précis, il n'y a pas eu d'exposition antérieure dans la famille de la victime, mais il y a eu un «nombre significatif» de maladies comparables après la vaccination. Cela pourrait être une preuve suffisante. Enfin, les tribunaux français doivent à nouveau se prononcer sur ce point.

En Allemagne, l'arrêt luxembourgeois est principalement intéressant pour les vaccinations de voyage, et il est également applicable à d'autres médicaments.

Les dommages causés par les vaccins après une vaccination généralement recommandée sont indemnisés en Allemagne par un fonds géré par les États fédéraux, auquel les fabricants paient également. Selon la jurisprudence du Tribunal fédéral social (BSG) de Kassel, le lien de causalité entre vaccination et préjudice s'applique également ici à la «mesure de probabilité»; aucune preuve médicale et scientifique étanche n'est requise (voir arrêt BSG du 7 avril 2011, numéro de dossier: B 9 VJ 1/10 R). mwo / fle

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Renaud Carrier - Les Idées mènent le Monde à Pau - 2016 (Janvier 2022).